Accueil / Actualités / Vont-ils raquetter l’Équipe de France ?

Vont-ils raquetter l’Équipe de France ?

Du vendredi 24 au dimanche 26 Novembre 2017 se déroule la finale de la Coupe Davis entre la France et la Belgique d’un certain David Goffin, n°7 mondial désormais après sa finale aux « Nitto ATP Finals ». 


Qui pour affronter les belges ? 

À moins de 48h de cette finale, regardons les forces en présence pour les 2 équipes. Le capitaine français Yannick Noah a choisi de sélectionner un groupe élargi de 6 joueurs que sont Jo-Wilfried Tsonga (15e), Lucas Pouille (18e), Richard Gasquet (31e), Nicolas Mahut (104e), Pierre-Hugues Herbert (81e) et Julien Benneteau (57e). Seulement 4 joueurs et 1 remplaçants seront retenus.

Du côté Belge, le capitaine Johan Van Herck a choisi le leader David Goffin (7e), Steve Darcis (76e), Ruben Bemelmans (118e), Arthur De Greef (181e) et le remplaçant Joris de Loore (276e).

A priori, les 2 joueurs de simple français seront Tsonga et Pouille au vu de la forme du moment et des dernières sélections, reste cependant une grosse incertitude au niveau du double ! En temps normal, la paire Herbert-Mahut n’aurait fait aucune contestation. Son retrait du Masters pour cause de blessure au dos pour P2H nous amène à nous poser des questions. Certes, cette blessure a l’air du ressort de la précaution puisque nous avons pu apercevoir Herbert s’entraîner cette semaine en double avec le Sparring Partner de l’Équipe de France, Jonathan Eysseric, alors que Mahut était associé à Benneteau.

Est-ce une façon de « brouiller les pistes » ou bien de ne prendre aucun risque avec Herbert et de laisser jouer la paire experimentée Benneteau-Mahut ?

Nous aurons une réponse demain, ce jeudi 23 novembre, lors du tirage au sort des différents matchs.

 

Enfin la consécration pour cette génération ? 

La dernière victoire française dans cette compétition remonte à 16 ans en Australie. Depuis, 2 finales perdues en 2010 et 2014 respectivement face à la Serbie de Novak Djokovic et la Suisse de Stan Wawrinka et d’un certain « Maestro » Roger Federer.

Au vu des 2 effectifs la France est bien évidemment favorite possédant l’une des meilleurs paires de doubles au monde et des joueurs de simple toujours aussi haut classés.

Cela dit, en Coupe Davis les compteurs sont remis à zéro et on peut compter sur la motivation de Goffin et de ses partenaires pour venir gagner en France déjouer les pronostics. Goffin, finaliste du dernier Masters est en pleine forme et en pleine confiance après avoir battu notamment Nadal et Federer dans ce tournoi. Possédant un jeu capable de contrer les attaquants français que sont « Battling Jo » et « Lucas », il se pourrait bien que le numéro un belge remporte ses deux rencontres du weekend. Ses compatriotes, quant à eux, avec leur détermination peuvent inquiéter nos frenchies et nous mettre en stress pendant 5 sets.

Si on s’adonne à nos petits calculs et qu’on regarde les classements on serait en droit de se dire que même si Goffin gagne ses deux simples, la France gagnerait les trois autres points. Après ça, une petite fête pour célébrer cette dixième Coupe Davis pour les tricolores bien sûr ! Mais souvenez des Serbes en 2010 pour qui on s’était dit la même chose avec Djokovic en grand leader.

Résultat : Défaite 3-2 dont ce 5ème match perdu par Llodra contre Troicki qui nous reste en travers de la gorge. Belle tactique dans ce match, foutus services-volées en deuxième balle !

On se posait la question de savoir si cette génération serait enfin récompensée par un titre majeur. La réponse est toute simple : si tous les joueurs se « font dessus » à cause de l’enjeu alors elle ira une nouvelle fois dans le mur et toutes les critiques qu’elle subit depuis des années ressortiront encore. Il y a tout pour gagner ce trophée, le talent, l’expérience, une grosse ambiance après chaque point même si cette finale se passe à Lille et que les Belges seront nombreux.

Première ébauche de réponse vendredi et il n’y a qu’une chose à dire « lâchez-vous » et comme dirait l’autre « faites-nous bander ».

 

(rédigé par Sébastien Heintz) 

L'auteur : Thomas Rodriguez

Thomas Rodriguez, étudiant en e-sport et gaming, rédacteur chef de sportime.fr, très talentueux et surtout humble !

Jetez un coup d'oeil !

Felipe Massa 2/11/22

Les grandes « clims » du sport : Le jour où le Grand Prix du Brésil s’est délocalisé au Pôle Nord (2 novembre 2008)

Montez dans votre DeLorean. Nous vous embarquons dans un espace-temps où Domenech, sélectionneur, balançait des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.