Accueil / Actualités / FOOTBALL – Super Ligue européenne : qui veut gagner des millions ?

FOOTBALL – Super Ligue européenne : qui veut gagner des millions ?

Le projet trottait sur les différents bureaux des grands d’Europe depuis plusieurs mois, quelque chose de concret vient d’être mis sur la table. 12 clubs se sont unis pour proposer une Super Ligue européenne. Surprise, aucun club allemand et français n’ont exprimé leur volonté de rejoindre la compétition. On y retrouve trois clubs italiens (Juventus, l’AC Milan et l’Inter Milan), trois espagnols (Barcelone, le Real et l’Atletico) et enfin le Big six anglais (Arsenal, Tottenham, Liverpool, Manchester City, Manchester United et Chelsea). Au menu, une compétition avec 20 équipes dont 16 inscrits permanents, quatre invités et cinq milliards d’euros à se partager en dessert. Alors, qui veut gagner des millions ?


Des clubs sans âme et égoïstes

« Trop n’est jamais assez » disait le loup de Wall Street. Chaque participant serait amené à gagner 355 M€ au minimum, grâce à la compétition. L’arrivée du COVID est une aubaine pour tous ces patrons dont les finances ont été malmenées par l’arrêt des compétitions et le huis clos. Le gâteau d’environ cinq milliards correspond à quelques plaques près à ce qui a été perdu par les clubs de première division des cinq grands championnats à cause de la pandémie. La Super Ligue est donc l’occasion de sauver le monde du ballon rond de la banqueroute. Sauf que les cinq milliards seraient répartis entre 20 clubs, et non 100. Les calculs sont pas bons Kevin.

Pas les Français, les Allemands et l’UEFA

Pour l’instant, on ne retrouverait aucune équipe de Ligue 1 ni de Bundesliga dans la Super Ligue, alors que le dernier carré de Ligue des Champions en 2020 était composé exclusivement de clubs de ces pays. Pas invités ou pas envie d’y aller ? Le PSG semble plutôt pencher pour la deuxième solution. Le Qatar n’a donc pas envie de plonger dans l’univers du foot-business et de l’argent roi (vous avez bien lu) ? Derrière cette bonne volonté se cache peut-être la proximité entre Aleksander Ceferin, président de l’UEFA et Nasser qui reste fidèle à son ami et donc ses compétitions. Dans un communiqué, l’instance européenne, ainsi que toutes les fédérations des cinq grands championnats ont condamné le projet. Quiconque souhaitant participer à la Super Ligue sera exclut de son championnat et la prochaine Ligue des Champions. De quoi faire réfléchir.

Pas les amateurs

Si le projet arrive à son terme, les championnats perdront leurs gros représentants et donc de la valeur. Il est donc fort probable que les droits des ligues domestiques en pâtissent. Alors, les clubs riches le deviendront encore plus et un fossé abyssal sera creusé avec les autres. De plus, quid des clubs amateurs ? En France, la taxe de solidarité avec la FFF, fixée à 2,5% sur les droits TV de la LFP, permet de financer une partie du fonds de solidarité pour le football amateur. Moins de moyens pour les footeux du dimanche, qui ne pourraient qu’entraîner la chute du nombre de licenciés, qui est retombé avec le COVID à son plus faible total depuis Knysna (1 961 656). Aujourd’hui, la passion pour le ballon pied vient avant tout du fait que c’est un sport populaire, qui fait rêver des millions d’enfants. Si le rêve disparait, alors la passion s’éteindra.

Pas les fans

« Cette compétition serait le dernier clou du cercueil du football européen, délaissant tout ce qui a fait son succès et l’a rendu populaire : le mérite sportif, les promotions et relégations, la qualification en compétitions européennes grâce aux succès nationaux et la solidarité financière. » Le communiqué cinglant de l’association Football Supporters Europe résume parfaitement le dégout des fans face à ce projet. La Super Ligue, par son format fermé, viendrait tuer ce qui fait l’essence même du sport : la compétition. Quel intérêt à suivre une ligue fermée, dictée par l’argent, dont les protagonistes sont avant tout là pour se goinfrer sur le dos des spectateurs ? Comment rejeter la Ligue des Champions, alors que cette dernière nous a offert les scénarios les plus dramatiques de son histoire sur les cinq dernières années. La coupe aux grandes oreilles qui rythme nos semaines d’automne et de printemps est l’apogée de ce que ce sport peut nous offrir en termes d’émotions avec des clubs. Il ne faut pas oublier que les sommes astronomiques brassées par le football proviennent avant tout des porte-monnaies des fans. Enlevez nous notre passion, vous n’aurez plus notre argent.

À peine posé sur la table, le projet se fait déjà fusiller de toutes parts et c’est tant mieux. Les présidents de ce G12 du foot ont clairement oublié dans leurs business plan que les fans sont au coeur du football et que s’ils disparaissent, ils n’auront plus beaucoup de billets pour sécher leurs larmes. On a pourtant vu qu’avec la pandémie, plein de fans vous manquent et les finances sont dépeuplées… Alors, ces 12 clubs feraient bien de demander le vote du public, sous peine de s’arrêter avant le premier palier.

L'auteur : Antoine Judit

Jetez un coup d'oeil !

Robert Lewandowski POTY

BALLON D’OR – Robert Lewandowski : Et si… le Ballon d’Or 2020 n’avait pas été annulé ?

La cérémonie de remise du Ballon d’Or arrive à grands pas. Pendant que chez France …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *