Accueil / A Suivre / Le Real dans la marmite

Le Real dans la marmite

Éliminés de la Coupe du Roi il y a peu face à l’ogre Léganès, distancés en Liga et seulement 4ème du championnat, les pensionnaires de la Maison Blanche vivent une saison 2017-2018 absolument idyllique. Un nouveau mois s’est ouvert et toujours la même galère pour le Real qui lutte pour décrocher des points contre des petites équipes comme Levante il y a un peu plus d’une semaine. C’est dans une position rare d’outsiders que les doubles-tenants du titre vont aborder leur huitième de finale de Ligue des Champions face à Paris. Zidane et ses joueurs ont du mal à se sortir du bourbier dans lequel ils se trouvent et, pour le moment, ce ne sont pas les choix du « meilleur entraineur du monde » qui aident à arranger la situation. 


La fête des amoureux 

Février nous est arrivé et sa fête phare se rapproche de plus en plus. Le 14 février tombe, tout comme l’année dernière, sur une soirée de Ligue des Champions. La fête des amoureux avait bien réussi à Paris la saison passée avec des préliminaires majestueux face aux ennemis jurés du Real : les blaugranas du Barça. Une belle victoire 4-0 à l’aller avant un léger passage à vide des joueurs de la ville Lumière et de Monsieur Aytekin au retour pour ce qui est considéré comme l’un des plus gros retournement de situation de l’histoire du sport. Ce mercredi, ce sont les merengues et une nouvelle fois les parisiens qui vont donc devoir se passer de leurs compagnes le temps d’une rencontre. Depuis cet été, les dynamiques semblent s’être inversées pour les deux équipes. Les derniers mercatos inexistants du Real font du PSG le favori notamment grâce à l’arrivée chez eux de joueurs de classe mondiale cet été en la personne de Neymar Jr. et de Mbappé. C’est dans une situation de quasi crise que les ibériques vont aborder le match aller dans leur antre du Santiago Bernabeu.

19 mois irréels et le Real retombe sur terre 

Le 4 janvier 2016, il y a déjà deux ans, Zinédine Zidane faisait ses débuts à la tête d’une équipe professionnelle et pas n’importe laquelle ! Après avoir fait ses armes avec la Castilla, équipe réserve du Real Madrid, sans véritablement briller, le président Florentino Pérez avait décidé de lui faire confiance pour s’occuper des « grands ». Le retour de Rafael Benitez s’était soldé par un échec et il n’aura duré que 6 mois en tant qu’entraineur du meilleur club du XXème siècle. Zidane a débarqué sans réellement révolutionner le plan de jeu madrilène mais ses quelques réajustements dans la formation ont relancé une machine qui était en veille en début de saison. Il a plus fait confiance à des joueurs comme Casemiro qu’il a installé au milieu de terrain et qui s’est imposé comme une pièce indispensable ou Isco qui a profité d’un meilleur temps de jeu pour s’épanouir dans un premier temps dans le rôle de joker.

La suite est connue de tous, en 19 mois aux commandes du club, Zidane a remporté pas moins de 9 titres dont deux petites Ligues des Champions, les onzième et douzième coupes aux grandes oreilles pour les merengues. Trop beau pour durer, cette réussite a légèrement lâché les joueurs de la capitale espagnole depuis quelques mois. Un essoufflement qui peut s’expliquer en grande partie par des décisions du « tacticien » français. Sa volonté de garder à tout prix l’effectif qu’il possède et de ne pas y ajouter de recrues majeures est une balle tirée dans son propre pied. Les départs des doublures de Benzema au poste d’avant-centre – Mariano (Lyon) et Morata (Chelsea) – ont laissé un vide en attaque puisque le rendement de l’attaquant français ne suffit plus du tout. Le Real Madrid est un des seuls clubs de Liga à ne pas avoir bougé le moindre poil sur le marché des transferts cet hiver alors que les socios réclament des changements. La simple aura de Zidane a fait du Real la meilleure équipe de ses deux dernières saisons à l’échelle européenne mais sur quelques rencontres dernièrement il a fait preuve de naïveté tactique. Un manque de stratégie pointé du doigt chez Zidane malgré ses débuts historiques en tant qu’entraîneur. C’est surtout les trous d’air défensifs dont font preuve les coéquipiers de Keylor Navas qui illustrent la faiblesse actuelle de Los Blancos.

Le huitième de finale contre Paris va être décisif pour l’avenir du magicien madrilène puisque les supporters ont tendance à s’impatienter dans les grands clubs d’autant plus au Real. Quoiqu’il arrive, le prochain mercato s’annonce mouvementé dans les bureaux de Florentino et des grands noms sont mentionnés depuis déjà quelques temps. Les agents d’Hazard, Kane, Lewandowski ou encore Icardi n’auront qu’à se tenir prêts à négocier pour faire de leurs poulains des joueurs de la Maison Blanche. C’est maintenant à Cristiano et ses potes de prouver qu’ils sont toujours présents dans les grands moments. Rendez-vous à la Saint Valentin pour une ébauche de réponse aux questions que le management de Zizou peut nous poser !

L'auteur : Thomas Rodriguez

Thomas Rodriguez, étudiant en e-sport et gaming, rédacteur chef de sportime.fr, très talentueux et surtout humble !

Jetez un coup d'oeil !

Felipe Massa 2/11/22

Les grandes « clims » du sport : Le jour où le Grand Prix du Brésil s’est délocalisé au Pôle Nord (2 novembre 2008)

Montez dans votre DeLorean. Nous vous embarquons dans un espace-temps où Domenech, sélectionneur, balançait des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.