Accueil / Actualités / Inégalable !

Inégalable !

À 36 ans, Roger Federer a toujours faim de victoires et surtout soif de trophées. Comme un bon vin, il se bonifie avec le temps et c’est maintenant la vingtaine de titres du Grand Chelem qu’on retrouve dans l’escarcelle du Maître après sa victoire ce dimanche matin pour nous en France. C’est encore ce bougre de joueur suisse qui s’est vu sortir vainqueur de cette quinzaine australienne assez surprenante à part dans son dénouement. 


Une quinzaine paisible 

Favori annoncé du tournoi avec son ami Rafael Nadal, le Fed s’est logiquement imposé au final. Le forfait de l’espagnol dans son quart face au futur finaliste malheureux avait ouvert l’horizon au Suisse qui avait une partie de tableau ravagée par les surprises. Un Wawrinka touché qui s’écroule en trois petits sets contre l’américain Tennys Sandgren. Djoko qui se fait sortir par son sosie tennistique, la sensation du début de saison, Chung. Ce même joueur qui avait éliminé au préalable Zverev, tête de série numéro 4 tout de même. Sans craquage, le Fed n’avait plus qu’à se diriger vers le trophée ! C’est chose faite, malgré une finale qui a duré et qui s’est terminée en cinq sets, les genoux à l’allure fatiguée de Roger ont tenu pour conclure en 3 heures 07 de jeu. Une victoire 6-2 6-7 6-3 3-6 6-1 face au Croate Marin Cilic en finale de l’Open d’Australie dans une rencontre dans laquelle Federer a perdu ses premiers sets du tournoi. Il s’en était sorti sans encombre avant cela face à Chung – qui avait du abandonner à cause d’une horrible cloque au pied – et il avait survolé ses matchs contre Berdych, Fucsovics, Gasquet, Struff, ou encore Bedene durant les tours précédents.

Une légende qui n’en finit plus de s’allonger 

Depuis un an, il a retrouvé le chemin de la victoire en Grand Chelem et il ne veut plus s’arrêter ! Pas moins de trois titres dans ces Majeurs en moins de douze mois. C’est de la folie surtout pour un joueur à qui on annonçait une fin de carrière proche durant sa disette de quatre ans et demi dans cet exercice.

Il est redevenu le point de repère dans ce monde étonnant du tennis. Toujours le même refrain et c’est lui le Maestro, le chef d’orchestre avec un récital à chacune de ses apparitions. On a la même hiérarchie dans ce sport depuis pas mal de temps avec les jeunots Nadal et Federer qui se partagent toujours les trophées depuis la reprise de la saison 2017 et leurs compères des 4 fantastiques qui les aidaient les années précédentes.

Il y a une nouvelle génération qui éclôt en ce moment sur les courts mais les anciens continuent de remporter les grandes compétitions. Le tennis masculin, même avec des Djoko ou Murray qui ne sont pas encore réellement de retour, ne voit pas encore une succession de nouvelles têtes poser aux côtés de trophées. Mis à part quelques exploits isolés comme Zverev ou Dimitrov qui ont pu créer la sensation sur une semaine, les surprises sont encore réservées au tenniswomen qui se relaient pour les victoires finales depuis la pause maternité de Serena. C’est encore une nouvelle joueuse qui a fait son apparition dans le cercle des vainqueurs de Grand Chelem ce weekend en la personne de Caroline Wozniacki ancienne numéro mondiale et tombeuse de l’habituée aux défaites en finale, Halep.

Désormais, c’est aux plus jeunes de prouver qu’ils peuvent dépasser les Maîtres du tennis de cette dernière décennie le temps d’un Majeur. On attend les nouveaux bénis pour prendre le relai si Federer, Nadal, Djokovic et Murray ne se sentent plus d’engloutir chaque tournoi qui se présente à eux. 

L'auteur : Thomas Rodriguez

Thomas Rodriguez, étudiant en e-sport et gaming, rédacteur chef de sportime.fr, très talentueux et surtout humble !

Jetez un coup d'oeil !

Felipe Massa 2/11/22

Les grandes « clims » du sport : Le jour où le Grand Prix du Brésil s’est délocalisé au Pôle Nord (2 novembre 2008)

Montez dans votre DeLorean. Nous vous embarquons dans un espace-temps où Domenech, sélectionneur, balançait des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.