Accueil / Sports Majeurs / Football / EURO 2020 – Le Danemark peut-il nous refaire la surprise de 1992 ?

EURO 2020 – Le Danemark peut-il nous refaire la surprise de 1992 ?

Depuis le début de l’Euro, le Danemark est une des équipes les plus attachantes de la compétition. Vainqueurs en 1992 de ce championnat d’Europe, peuvent-ils rêver du remake presque 30 ans après ? 


Du triste événement pour démarrer l’édition avec l’arrêt cardiaque d’Eriksen – rétabli de son malaise – à l’exploit contre la Russie en passant par la démonstration face aux Gallois, les nordiques nous ont emmenés dans leurs drakkars direction les sensations fortes. Avec la sortie de la dernière partie de Vikings, tout le monde commence à sentir son sang scandinave revenir dans ses veines. Mais maintenant que Dolberg cale des doublés et que Simon Kjaer est devenu plus charismatique que Bjorn Ironside, les nouveaux chouchous des Français ce sont les Danois ! 

Dominants mais malheureux contre la Finlande (23 tirs à 1, 0-1 au tableau d’affichage) et la Belgique, les joueurs de Kasper Hjulmand avaient faim de revanche pour conclure leur phase de poules. Changement de compo, bye bye le 4-3-3 et bonjour la défense à 3. Résultat : un bon gros 4-1 contre l’armée rouge et direction les huitièmes avec une deuxième place plus que méritée. Le 3-4-3 le plus sexy du moment, n’en déplaise à Didier Deschamps, est opposé au Pays de Galles pour une boucherie à en faire rougir Ragnar Lothbrok. Dolberg par deux fois puis le piston gauche Maehle et pour finir Braithwaite, les Gallois n’auront pas le même parcours qu’il y a cinq ans en France… 

Et désormais quésaco ? Samedi à 18h, les rouge et blanc vont jouer une autre belle surprise du tournoi en la personne de la République Tchèque et du serial buteur inattendu Patrik Schick, auteur DU but de cet Euro. Avec le surplus d’âme de Simon Kjaer et sa bande, l’avantage sur le papier pourrait se retranscrire sur le terrain. Soudés autour de l’objectif de ramener la coupe à Copenhague, « combattants et fiers » d’après les mots de leur sélectionneur, l’incident de Christian Eriksen est encore dans leurs têtes et leur numéro 10 est « encore avec [eux] ». Les gros tombent comme Shy’m à Bercy des mouches. L’Allemagne, le Portugal et la France n’ont pas résisté aux huitièmes après leurs combats dans le groupe de la mort. Les Pays-Bas ont craqué face aux Tchèques pendant que la Croatie a fait peur à la Roja avant de lâcher dans les prolongations. Quelques favoris sont encore là : l’Italie, la Belgique, l’Angleterre ou l’Espagne, mais personne ne semble vraiment sortir de la mêlée. Dans ces mastodontes, seuls les Anglais sont dans la partie de tableau du Danemark. De quoi rêver à une Danish Dynamite 2.0 !! Un alliage de supplément d’âme et de jeu offensif léché parfait pour faire péter la poudre et prétendre soulever le trophée. Vivement leur prochaine sortie !

Le 11 juillet, pour mon anniversaire Murray ou Federer à Wimbledon, McGregor contre Poirier et les Danois à l’Euro seront donc victorieux. Vraiment une belle date à retenir ! 

L'auteur : Thomas Rodriguez

Thomas Rodriguez, étudiant en e-sport et gaming, rédacteur chef de sportime.fr, très talentueux et surtout humble !

Jetez un coup d'oeil !

Felipe Massa 2/11/22

Les grandes « clims » du sport : Le jour où le Grand Prix du Brésil s’est délocalisé au Pôle Nord (2 novembre 2008)

Montez dans votre DeLorean. Nous vous embarquons dans un espace-temps où Domenech, sélectionneur, balançait des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.