Accueil / Sports Majeurs / Autres / CYCLISME – Deux formations abandonnent le Giro : quand le COVID toc à la porte des leaders

CYCLISME – Deux formations abandonnent le Giro : quand le COVID toc à la porte des leaders

La COVID-19 monte en selle sur les bicyclettes du Giro. Après le retrait de la formation Mitchelton-Scott, la Jumbo-Visma abandonne au départ de la 10ème étape. Du pain-béni pour les petits poucets du circuit.


Si le peloton du Tour de France avait été épargné par le coronavirus, celui du Giro n’a pas réussi à passer entre les mailles du filet. Ce n’est pas une mais deux équipes qui ont décidé de se retirer de la compétition. Une onde de choc. Après l’annonce du test positif de Simon Yates, Brent Copeland, manageur général de Mitchelton-Scott a pris la parole : « Comme responsabilité sociale pour nos coureurs et notre staff, le peloton et l’organisation de course, nous avons pris la décision claire de se retirer du Giro ». Idem pour la formation australienne qui renonce à ses objectifs, alors que le protocole du Tour d’Italie ne les obligeait pas à jeter l’éponge. Suite à la positivité de son leader Steven Kruijswijk, 11e du classement général, Addy Eggels, l’un des directeurs sportifs de Jumbo-Visma s’est exprimé : « Nous estimons que la décision la plus responsable est de nous retirer du Giro, car nous avons tous été en contact avec Steven ». Sacré manque de bol pour le Néerlandais. Lui qui n’avait pu participer au Tour de France en raison d’une fracture à l’épaule – laissant à Primož Roglič la tête de l’écurie – doit maintenant faire une croix sur le maillot rose. Pas moins de 14 coureurs manquaient à l’appel ce matin, rien que ça. Ce périple italien prend une drôle de tournure passant du Giro à Benvenuti al Sud.

Ajouter à cela le désistement de Michael Matthews pour cause de… COVID-19. Bien sûr. Le sprinteur avait jusqu’ici réussi trois « top 4 » sur les neuf premières étapes et figurait en troisième position du classement par points, actuellement dominé par notre bleu Arnaud Démare. Mais son équipe, la team du Soleil de l’Internet, Sunweb, a fait le choix de poursuivre son tour. Pareillement pour AG2R-La Mondiale et Ineos Grenadiers, qui ont appris la contamination d’un membre de leur staff lundi soir. Les cas se succèdent mais on ne flippe pas s’il vous plaît. Dur de créer une bulle dans le cyclisme en même temps… Rien d’alarmant jusqu’ici pour les organisateurs, juste une petite secousse qui vient remuer les perspectives du Tour de la Grande Botte. L’ombre d’un Giro qui ne pourrait pas aller à son terme plane alors que la dixième étape est partie à 12h05 ce mardi. Dans son protocole, ce dernier ne peut aller à son terme pour deux cas : en raison d’un nombre incontrôlable de cas positifs ou sur une décision du gouvernement italien. Le directeur de l’épreuve, Mauro Vegni, a maintenu qu’il espérait voir le Giro arriver à son terme à Milan le 25 octobre. C’est que tout roule.

La saison de bicyclettes sur route risque d’être longue à clôturer. 12 jours à tenir de l’autre côté de la frontière transalpine pour mettre fin à ce grand calvaire et tenter de briguer le maillot rose. Suffisant pour que le cas d’infection s’accroit… Profitons du spectacle, tant que ce dernier peut nous être proposé. Allez, on reprend vite les guidons et les selles et un prompt rétablissement aux cyclistes touchés ! Marre de ce virus qui nous tronque nos plus beaux sports.

L'auteur : Hugo Bouqueau

Etudiant en science politique, apprenti journaliste, s'inspirant des brillantes analyses de Ricco Blanco de la Plata ( cf Eric Blanc ). Sportime alimente votre molécule du plaisir, et je vous fais prendre votre pied. Faut pas voir petit, il faut voir juste.

Jetez un coup d'oeil !

Felipe Massa 2/11/22

Les grandes « clims » du sport : Le jour où le Grand Prix du Brésil s’est délocalisé au Pôle Nord (2 novembre 2008)

Montez dans votre DeLorean. Nous vous embarquons dans un espace-temps où Domenech, sélectionneur, balançait des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.